Le papier

 
Accueil » Le papier
Accueil » Le papier

Collection de papiersLa "Collection de papiers 2006" du Moulin du Verger est présentée sous la forme d'un carnet de 22,5 x 27 centimètres comprenant tous les papiers, soit 22 feuilles d'échantillons.
Papier marbréLa marbrure est une technique ancienne de décoration du papier qui consiste à faire flotter des couleurs à la surface d'un liquide (gomme ou eau) et à les transférer ensuite sur une feuille de papier.
Aujourd'hui, la quasi totalité des papiers fabriqués (même artisanalement) sont séchés artificiellement. Sur les machines, cela se fait à grande vitesse, en tension, et cela s'accompagne d'un surfaçage. Dans les fabriques artisanales, le plus souvent on se contente de chauffer le séchoir, mais il arrive qu'on profite des moyens modernes pour faire d'une pierre deux coups et sortir une feuille quasiment terminée d'un tambour sécheur.
Rappel historique. De la deuxième moitié du XIIIème siècle, jusqu'à la fin de la première moitié du XIXème siècle, dans la continuité des papiers Arabo-Andalous, le papier Occidental est fabriqué à partir de vieux chiffons. Ces chiffons sont principalement constitués de linges usés tissés de lin et de chanvre. On peut y ajouter des filets de pêche, des voiles de bateaux, divers cordages. Il n'est pas rare de trouver dans des papiers considérés comme médiocres, d'importantes traces de laines colorées (c'est pour cela qu'on les repères facilement) de la paille, et des traces de coton. À partir de la révolution industrielle, on voit apparaître des proportions de plus en plus importantes de coton, au fur et à mesure que les cotonnades anglaises puis celles du nord de la France commencent à se retrouver dans les circuits de récupération.
En papeterie, le grammage exprime la force d'un papier en grammes par mètre carré. Jusqu'à l'apparition d'instruments de mesure suffisamment précis pour mesurer l'épaisseur d'une feuille, le poids au mètre carré était l'unique moyen d'en définir la force. Cela dit, à grammage égal tous les papiers n'ont pas la même épaisseur. Papetiers et imprimeurs, pour les différencier et à défaut d'instrument de mesure, parlent de main. Un papier qui a de la main paraît au toucher plus épais que son grammage ne semble l'indiquer. Les relieurs en ce cas parlent d'un papier creux. Pour eux la main signifie la tenue, petite divergence de langage source de bien des malentendus.
 

« précédent 1 . [2] . 3 . 4 suivant »
 
du 21/08/2017 au 25/08/2017
La reliure en demi cuir


du 18/09/2017 au 22/09/2017
STAGE DE FABRICATION MANUELLE DE PAPIERS BLEUS PRÉINDUSTRIELS (chinés, teintés dans la masse, en surface)


 


Découvrez l'Art de faire le papier par M. de Lalande
Collage (chambre du)
Papier Joseph
Baton-royal
Atlas
Bourdonné
Plus de termes...

Regards d'artistes...
Le moulin du Verger vu par les artistes-peintres, photographes, amis...



Fabrication du papier . Le lexique du papier . Atelier de reliure . Reliure d'art . Le lexique du relieur . Venir nous voir . Contact

© 2000-2017 Moulin à papier - Le Moulin du Verger - Papeterie artisanale - 16400 Puymoyen - France
20/08/2017 11:49:24 - réalisation : Laurent Michon, 2006-2009
  Valid HTML 4.01 Transitional